fil des saisons_0020-600

L’arbre roi légendaire  

L’olivier, arbre des pays du soleil, serait né avec la Méditerranée et son histoire se confondrait avec celle de l’humanité… Après le Déluge, c’est un rameau d’olivier que la colombe ramena à Noé, premier signe de la vie revenue sur la terre. Sa culture est très tôt attestée en Syrie, en Phénicie, en Palestine, 3000 ans avant notre ère.

En Grèce, cet arbre consacré à la déesse Athéna était honoré comme un symbole de paix et de  fraternité. Les rameaux d’olivier couronnaient les vainqueurs des Jeux Olympiques… Avec l’essor de la colonisation grecque, l’olivier s’est répandu sur les bords de la Méditerranée,  en particulier sur la côte provençale, il y plus de vingt-cinq siècles.

 L’implantation la plus septentrionale de l’olivier

L’olivier a gagné l’intérieur des terres jusqu’aux vallées de l’Eygues et de l’Ouvèze, dans les Baronnies, à la limite extrême de sa culture vers le nord. Là est apparue la variété Tanche, la résultante d’une longue adaptation à un climat et à un terroir particuliers. Les olives et les huiles de la Tanche ont été les premières en France à bénéficier d’une Appellation d’Origine Contrôlée (décrets de 1994). L’olivier contribue ainsi largement à l’économie et à l’attrait touristique du Nyonsais et des Baronnies. Il en est devenu l’arbre emblématique justifiant le profond attachement que lui vouent les habitants de la région.

Un régal et un remède

Des études récentes ont montré les bienfaits incontestables de la consommation d’une huile d’olive de qualité contrôlée dans la prévention, par exemple, des maladies cardiovasculaires et dans la lutte contre le vieillissement. Associée aux aliments du régime méditerranéen (ou crètois) l’huile d’olive vierge première pression à froid AOC de Nyons, contribue au maintien en bonne santé.

« Là où l’olivier renonce, finit la Méditerranée. »

(Georges DUHAMEL)