Paroles d’olivier au pays…

Vally LAGET (majorale de la confrérie des Chevaliers de l’Olivier) réunit et traduit, ici,  des textes qui se rapportent à l’arbre-roi.

 

LA COUMPLANCHO DE L’ÓULIVIÉ  /  LA COMPLAINTE DE L’OLIVIER

 un texte de Catherine LAVAUD (UNTL de Nyons) / traduction de Vally LAGET

Lou vièi Óulivié plouro                        Le vieil olivier pleure

Dins la niue gelanto                           Dans la nuit glaciale

Soun amo ei tristo                             Son âme est triste

Dins la niue invernalo                        Dans la nuit hivernale

Dins sa raubo de piboulo                  Dans son cercueil

Au mitant d’uno routo                        Au milieu d’une route

Pens’à si fraire, eilabas                      Il pense à ses frères là-bas

Que, proche dóu ribas                       Qui, près du talus

Boulegon si fueio                               Agitent leurs feuilles

Dins un rai de luno                             Dans un rayon de lune

Lis oulivaire de toujour                       Les oliveurs comme toujours

A la pouncho dóu jour                        A la pointe du jour

Ramassaran lis óulivo,                       Ramasseront les olives,

E cantaran si joio.                               Et chanteront leur joie.

Lou viei óulivié sounjo                        Le vieil olivier songe

A sa jouinesso enfugido                     A sa jeunesse enfuie

Oh, Paradis di flour !                          Oh Paradis des fleurs !

Toutis aquélis óudour                        Toutes ses odeurs

De farigoule e de lavando                  De thym et de lavande

Que fasien trelusi soun amo               Qui réjouissaient son âme

Dins sa raubo de piboulo                    Dans son cercueil

Au mitant d’uno routo                          Au milieu d’une route

Tanca aqui, soulitàri                            Planté là, solitaire

Regardo lou tèms s’enfugi                   Il regarde le temps s’enfuir

Estoufa pèr li gaz di veituro                 Etouffé par le gaz des voitures

Lis auriho escrachado                         Les oreilles assourdies

Pèr li clacson di vehiculo(e)                 Par le klaxon des véhicules

Lou vièi Óulivié plouro                         Le vieil olivier pleure

Li chin venon plus jouga                      Les chiens ne viennent plus jouer

Lis aucèu se soun aliuencha               Les oiseaux se sont éloignés

Lou vènt caresso plus si fueio              Le vent ne caresse plus ses feuilles

Si fraire canton plus si bressarello       Ses frères ne chantent plus leurs berceuses

L’óulivié derraba de sa terro                L’olivier arraché à sa terre

Plouro e se desparpello                       Pleure à se fendre l’âme

La malautié l’a aganta                         La maladie l’a attrapé

E pau à cha pau s’en va(i)                   Et peu à peu il s’en va

A grand pas de gruio                           A pas de géant

Rejougne lis estello                              Rejoindre les étoiles

Dins sa raubo de piboulo                     Dans son cercueil

Au mitant d’uno routo                          Au milieu d’une route

L’ óulivié se barro lou cor                     L’olivier ferme son cœur

Lou viéi óulivié es mort                        Le vieil olivier est mort.