Quand une célébrité de l’audiovisuel national

vient repérer et respirer les Baronnies Provençales…

Jean-Paul Ollivier prépare son 39è Tour de France avec la même ferveur  qu’un amoureux de la première heure… Intronisé Chevalier de l’Olivier, à Nyons, lors du chapitre de l’Alicoque 2013, le célèbre journaliste sportif, écrivain, biographe et grand admirateur du Général de Gaulle a volontiers accepté l’invitation de la municipalité à découvrir, le samedi durant, les singularités et les richesses économiques et patrimoniales du Pays Nyonsais.

Le Tour de France passera à Nyons le 14 juillet 2013

Faut-il le rappeler ? La 15è étape du Tour de France « Givors – Mont Ventoux » (242 kms) traversera Nyons dans l’après-midi du 14 juillet prochain ! L’occasion sera trop belle, alors pour vanter les mérites de notre pays Nyonsais.

Suivi comme son ombre par le Conseiller Municipal Nyonsais Pascal Lantheaume – par ailleurs grand connaisseur et acteur des installations en télécommunications de la Grande Boucle –  Jean-Paul Ollivier fit son miel des recommandations du Maire, Pierre Combes et de son adjoint à la communication, Jean-Claude Armand ; des savantes évocations du monde agricole de Jean-Pierre Jourdan ; de l’accueil chaleureux de l’oléicultrice Régine Brès-Kaneko ; de Philippe Soguel pour la Distillerie Bleu Provence ; de Serge Roux pour la Coopérative du Nyonsais ; de Christian Bartheye au Musée de l’Olivier et de Nathalie et Arnaud Fert, au travail, dans leur étonnante scourtinerie… Daniel Rossellat, Syndic (Maire) de la ville amie de NYON était également l’invité de Pierre Combes. Il gardera sûrement un souvenir ému de ses conversations avec « Paulo la Science » commentateur intarissable de la légende du Tour.

Un compagnon en or

Disponible, attentif, le gentleman Jean-Paul Ollivier fut un très agréable compagnon. Il nous fit même la grâce de nous esquisser quelques éléments de sa propre biographie : « Je n’ai pas de mérite à parler breton, car mes deux grands mères (mes deux grands pères ont été tués à la guerre), ne parlaient pas un mot de français… Il me fallait donc comprendre. Près de Concarneau, où il est né en 1944,  Jean-Paul avait 10 ans quand il  réalisa qu’il aimait parler breton et que c’était un plus. »

Profitant des rares pauses et de nos questionnements curieux, le conteur, le passionné d’histoire et de géographie, l’auteur prolifique et avisé évoqua avec un égal talent, la Bretagne, l’Espagne, Fédérico Bahamontès, Charles de Gaulle, Charly Gaul, les volontaires de l’Ile de Sein, ou ses remuants collègues Robert Chapatte et Roger Couderc…

Gageons que ce week-end apprécié de tous dans la campagne Nyonsaise, riche d’enseignements et de menus plaisirs, nourrira de relations vraies, les commentaires toujours opportuns de Jean-Paul Ollivier sur le patrimoine et le terroir, vus du ciel du Tour de France.

 

TEXTE ET PHOTOS : DIDIER ROUSSELLE

(article paru dans La Tribune)